Le végétal est à la mode

Selon la cosmologie chinoise, l’automne s’approche début août pendant la lune descendante, accompagné par une météo moins estivale. On peut constater en effet des ondées variables selon les régions et du vent à souhait.

Shiatsu à Nantes

Ne racontez pas des salades !

L’été météorologique n’est cependant pas terminé, nous pouvons encore profiter du gaspacho, des anisettes (pas de publicité ici désolé 🙂 ) et du barbecue ! Cela dit, il n’est pas question de griller la viande au barbecue tous les jours, car c’est dommage de gâcher ce moment festif par la répétition, et nous n’en avons même pas besoin.

En effet, malgré notre besoin constant et réel de protéines, la viande semble être moins à la mode en France depuis les dix dernières années. La consommation a chuté pour des raisons diverses, notamment les scandales de l’agroalimentaire et les recommandations diététiques des agences de santé.
Finalement, c’est la revanche du végétal, visible sur les tables des grands chefs, chez les géants de l’agroalimentaire et par conséquent dans la grande distribution. Désormais, je peux trouver des buddha bowl et des poke bowl dans les cafeterias self-service, ce qui fait concurrence aux vielles chères salades composées.

A la base de la pyramide alimentaire, les féculents, les fruits et les légumes doivent constituer un apport constant selon la saison, qui nourrit notre équilibre énergétique. Qi en chinois, Ki en japonais… notre énergie est alimentée par la respiration, l’héritage génétique et la nourriture, qui en constitue la composante de la Terre.
C’est donc important de voir un retour à la terre (au sens large) dans cette inversion de tendance dans la consommation de viande.

Pour approfondir le sujet, lire un extrait ici (il faut être abonné) :
Végétal, le nouvel idéal

La vertu de bien manger

La vertu est un concept assez abstrait en soi, qui donne de la matière à réflexion à tout un chacun.

La vertu d’un praticien de Shiatsu se joue autour de efficacité manuelle, mais surtout autour de sa force intérieure qui produit son efficacité spirituelle.

Nous avons bien une autre signification moins abstraite et plus terrestre en relation à la fonction alimentaire, notamment la vertu de bien manger.

Dans ce domaine énergétique, nous sommes alimentés en énergie depuis le ciel (via la respiration du Poumon) et depuis la terre (via la nourriture gérée par la Rate), ce qui produit le Qi essentiel à notre vie.
Le ciel est dans les entrées et les sorties gérées par le Poumon, et la Terre situe le grand grenier administré par la Rate.

Suivant cette logique ancrée à la Chine impériale, si le Coeur est l’empereur vivant au centre de la Cité Interdite de Pékin, le Poumon est métaphoriquement son Premier Ministre, et la Rate son Ministre de l’Agriculture.
Face à toute cette magnifique structure administrative agissant pour nous avec autant de pragmatisme, et autant d’efficacité, on se demande alors pourquoi on devrait « bien manger ».

La fonction alimentaire peut être défaillante, pour une question de quantité, de qualité ou d’association d’aliments, donc le Qi de la Terre ne sera pas bien distribué. Dans ce cas, l’organisme est obligé de puiser dans les réserves du Rein, au niveau de l’énergie ancestrale, pour assurer le bon fonctionnement du système.
Nommée Jing en chinois, l’énergie ancestrale du Rein est comme une grande bouteille qu’on a reçue pleine à la naissance, et qui est destinée à un usage parcimonieux, car son destin est de se vider progressivement sans possibilité de retour en arrière.

Bien manger, cela revient à préserver notre énergie ancestrale avant tout, et améliorer globalement notre qualité de vie.

« Bien manger, c’est atteindre le ciel » – Proverbe chinois